Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FATALITÉ


 
Que n’ai-je appris l’amour sous un regard moins beau !
Je n’aurais pas traîné si longtemps sur la terre
Cet âpre souvenir, le seul que rien n’altère,
Et qui, le plus lointain, me soit toujours nouveau.

Hélas ! je ne peux pas souffler comme un flambeau
L’œil bleu, pâle qui luit dans mon cœur solitaire ;
On ne se remplit pas d’une nuit volontaire,
Pas même en se voilant des ombres du tombeau.

Que n’ai-je, comme eux tous, aimé d’abord la grâce,
Non la grande beauté qui fait mal, qui dépasse
L’horizon du désir et la force du cœur !

J’eusse aimé librement selon ma fantaisie ;
Mais l’amante que j’ai, je ne l’ai pas choisie,
Je ne pourrais pas plus la changer que ma sœur.