Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fis un aveu d’amour d’un Ave Maria,
Cette fleur qui mourut sous des yeux que j’ignore,
Depuis les trois cents ans qu’elle repose là,
          Où tu l’as mise elle est encore.