Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le voyant défaillir et songeant qu’elle est mère,
Vient, lui parle, le prend par la main, par l’habit,
Le tire en le grondant : « Je te l’avais bien dit :
Te voilà pour un mois pâle et mélancolique ! »
Puis, par mainte raison banale et sans réplique,
Irritant l’aiguillon de son tourment divin,
L’arrache à l’idéal comme l’ivrogne au vin.