Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et, bien mort, s’allonger dans sa tombe d’oubli !
Mais le feu qu’il étouffe est mal enseveli.
Une pierre le suit qui veut être statue :
S’il ne l’anime pas, c’est elle qui le tue.
Sollicitant ses doigts par de lointains appels,
Elle passe et prend forme en des songes cruels ;
Et la forme palpite et, vaguement parfaite,
Murmure : « Tu m’as vue et tu ne m’as pas faite ! »
À son heure elle vient comme un remords fatal,
Et tout, jusqu’au comptoir, lui sert de piédestal.
C’est elle ! Sa Vénus dans le chagrin rêvée,
Qui tous les ans ici, belle, noble, achevée,
L’entraîne, et, prenant place entre toutes ses sœurs,
Dompte enfin l’œil jaloux et dur des connaisseurs.
Elle triomphe ! Et lui, l’univers le renomme,
Il monte, il sent déjà, presque un dieu, plus qu’un homme,
Le frisson glorieux des lauriers sur son front !

Mais l’extase est fragile et le réveil est prompt.
Quelle chute profonde alors ! Comme il mesure
Tout à coup, d’une vue impitoyable et sûre,
Les degrés infinis de la gloire au néant !
Comme il se voit petit pour s’être vu géant !
Il pleure. Mais l’épouse, attentive et sévère,