Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Poésies 1866-1872, 1872.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Que de son sourire suprême
J’épie et dérobe ma part,
Et me vienne poster moi-même
Sur le trajet de son regard !

Que de sa chevelure blonde
J’aspire le banal parfum
Qui s’exhale pour tout le monde
Et ne fut choisi pour aucun !

Sentir dans mes bras, à la danse,
L’abandon, menteuse douceur,
Qu’inspire aux vierges la cadence,
Non la tendresse du valseur,

Pour qu’ensuite ce premier rêve,
Qui n’est encor qu’un vague émoi,
Commencé sur mon cœur, s’achève
Au gré d’un plus hardi que moi !

Jamais ! Non, dans cette lumière,
Devant tous, tu n’auras jamais,
Reine, l’aveu d’une âme fière,
Et la mienne est sauvage ; mais…