Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La suite et l’appareil des Dieux et des monarques,
Ô Justice, portaient tes véritables marques !


Ton seul vrai témoignage est l’indignation !


Un jour il m’a percé, ce pieux aiguillon.
Si longtemps qu’on le rouille, ou le fausse, ou l’émousse,
Il n’attend, pour entrer, qu’une vive secousse,
Et, par la sympathie ébranlé tôt ou tard,
Pénètre et vibre au cœur comme le fer d’un dard.
Le sanglant défilé de tes martyrs proclame
Qu’il n’est de tribunal sûr et sacré qu’en l’âme,
Qu’il ne se rend que là des arrêts sans appel,
Qu’enfin la conscience est ton unique autel !
Si noir, si bas que soit ton gîte au fond de l’âme,
Le plus inculte y sent ta louange ou ton blâme,
Et le plus endurci craint toujours ton réveil,
Car il sent là toujours tressaillir ton sommeil.



III



Ainsi je reconnais ton infaillible signe
Dans l’oracle secret qui m’approuve ou s’indigne.
Te croire sur parole, en épurant ta voix,
Ce fut longtemps ma règle, humble et sûre à la fois