Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais j’achève, déçu, sans avoir débarqué,
Cette exploration que nul vent ne seconde ;
Et mon espoir se brise et s’abîme sous l’onde,
Comme succombe un mât par la tempête arqué.

Si l’ordre universel dans l’atome est marqué,
Plus rien, pas même Dieu, n’est responsable au monde ;
Et j’erre, moi qui cherche, entraîné par ma sonde,
Dans l’orbite de l’astre où mon poids m’a parqué.

Si le vouloir, jouet d’une invincible amorce,
N’est plus qu’un vœu fatal complice de la force,
À quoi bon demander la Justice au Destin ?

L’égoïsme partout, qui se masque ou s’étale ;
Partout l’activité criminelle ou fatale !
De mon périple ingrat voilà donc le butin !




________