Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1878-1879, 1886.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



une voix.



Elle aime mieux lutter sans trêve,
Et d’âge en âge s’enrichir,
Et s’éclairer, pour s’affranchir.
Le progrès ne fait jamais grève !

Pendant que le victorieux
Déchoit, moins brave et moins robuste,
La table des lois passe au juste,
Et la terre aux laborieux ;

L’échange et l’équité compensent
Et mêlent les fruits différents ;
Ceux-ci labourent, ceux-là pensent,
Tous alliés, tous conquérants !

Sur les castes, sur les frontières
Les siècles passent leurs niveaux !



le chercheur.



Je vois toujours mêmes rivaux :
Les fauves et les bestiaires.