Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ma Fiancée


 
L’épouse, la compagne à mon cœur destinée,
           Promise à mon jeune tourment,
Je ne la connais pas, mais je sais qu’elle est née ;
           Elle respire en ce moment.

Son âge et ses devoirs lui font la vie étroite ;
           Sa chambre est un frais petit coin ;
Elle y prend sa leçon, bien soumise et bien droite,
           Et sa mère n’est jamais loin.

Ma mère, parlez-lui du bon Dieu, de la Vierge
           Et des saints tant qu’il lui plaira ;
Oui, rendez-la timide et qu’elle brûle un cierge
           Quand le tonnerre grondera.