Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



    Les gardiens noirs que le soupçon dévore
    Selon mes vœux ne vous cacheraient pas ;
    Ma jalousie est plus farouche encore :
Elle est toute en mon âme, et le vent même ignore
        Les noms que je lui dis tout bas.