Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le Monde des Âmes


À R. Albaret

 
Newton, voyant tomber la pomme,
Conçut la matière et ses lois :
Oh ! surgira-t-il une fois
Un Newton pour l’âme de l’homme ?

Comme il est dans l’infini bleu
Un centre où les poids se suspendent,
Ainsi toutes les âmes tendent
A leur centre unique, à leur Dieu.

Et comme les sphères de flammes
Tournent en s’appelant toujours,
Ainsi d’harmonieun amours
Font graviter toutes les âmes.