Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Ouvre-toi, Sésame ! » La porte
Aussitôt roule sur ses gonds.
J’entre et j’appelle : à ma voix forte
Mon peuple innombrable m’escorte,
Sombres pensers et rêves blonds.

Et nous allons à perdre haleine
(L’âme a la profondeur des cieux) ;
Là je traîne Hector dans la plaine,
Je lave les pieds blancs d’Hélène,
Je jure en tutoyant les dieux !

Sous le sceptre du roi d’Ithaque
Je brise un Thersite ennuyeux ;
J’apostrophe un roi, je l’attaque,
Et, l’œil chargé d’un voile opaque,
Il tombe en nommant ses aïeux.

Je n’ai qu’à vouloir et vous êtes,
Et je vous bâtis des palais,
Vierges pures, j’orne vos têtes
Et je vous convie à des fêtes
Dont vous ne rougissez jamais.