Ouvrir le menu principal

Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1865-1866.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AU BAL DE L'OPÉRA


impression


 
      En place pour le chaud quadrille !
      En avant l’ivrogne et la fille !
Qu’on se désarticule et qu’on se déshabille !
      Car l’homme est l’être le plus beau,
Le seul dont l’âme espère et se dise immortelle,
      Le seul qui lève sa semelle
      A la hauteur de son cerveau,
Qui s’ennuie en plein jour et qui rie aux étoiles.
      Qui soit en rut sans gravité,
Le seul des animaux qui se soit fait des voiles
      Pour jouir de la nudité !