Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée


tes ces méchantes idées auront passé comme un songe.

— Je l’espère aussi, madame, car ces sottes et vilaines idées oubliées, Joseph et moi nous n’aurions plus qu’à nous rappeler votre aimable accueil de ce soir. Oh ! nous ne l’oublierons jamais !

— Non, madame, jamais, — dit Joseph en enveloppant Maria dans le châle qu’il avait enfin déplié ; — Et pour en finir avec ce maudit Anatole, qui maintenant est pour tout le monde un vrai loup-garou, et qui a manqué à sa parole d’honneur envers toi, Jérôme, ma foi, nous lui fermerons notre porte, à moins que plus tard il ne revienne à résipiscence... et alors comme alors !