Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/141

Cette page n’a pas encore été corrigée


amer et insolent, — l’on préfère croire à une mystification que d’avoir à rougir d’une honte !

Madame Bonaquet toisa madame de Robersac, et lui répondit avec une hauteur écrasante :

— Je ne permets pas à madame de Robersac de parler de honte. Si madame de Robersac savait ce que c’est que la honte, elle ne serait pas à cette heure dans ce salon, à côté de madame de Morsenne et de sa fille.

A cette sanglante allusion à sa liaison avec le prince, liaison affichée avec tant de cynisme, la baronne pâlit, se mordit les lèvres jusqu’au sang et fut attérée.

Le prince, qui s’était rapproché du groupe,