Ouvrir le menu principal

Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/127

Cette page n’a pas encore été corrigée


avançaient dans la galerie, ils distinguaient de plus en plus clairement le menaçant aspect de cette foule muette, immobile, et dont les regards hostiles étaient fixés sur les nouveaux mariés. Aussi, bien des gens, et des plus courageux, auraient plutôt reculé devant une réception pareille que devant un péril matériel.

Jérôme Bonaquet, vêtu comme on l’est pour aller en soirée, était calme, ainsi que doit l’être un homme sûr de soi, qui n’aborde une circonstance difficile qu’avec réflexion et fermeté.

Héloïse portait une robe de velours noir fort simple, mais qui l’habillait à ravir, et laissait voir ses beaux bras nus à demi cachés par des gants blancs ; deux camélias pourpres