Ouvrir le menu principal

Page:Stretser - Description de la Forêt noire, 1770.djvu/77

Cette page a été validée par deux contributeurs.
(67)

Je ne dirai donc rien de plus du gouvernement ecclésiastique ; j’observerai uniquement qu’il y a beaucoup d’évêchés qui dépendent des provinces du Merryland. Je ne sais ni leur nombre total, ni combien il en relève de chaque souveraineté ; et sur une matière comme celle-ci, le lecteur judicieux sent bien qu’il ne faut point se hasarder : quand au clergé subalterne, on peut assurer qu’il s’y porte en foule.

CHAPITRE IX.
De la religion du Merryland.

Ce n’est pas sans apparence que l’on présume que le christianisme fut connu au Merryland, dès l’âge le plus reculé de l’église ; mais à présent on y souffre toutes sortes de religions et de sectes. L’on peut cependant dire qu’il n’y a pas de pays au monde aussi peu religieux que celui-là.