Ouvrir le menu principal

Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/172

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à la plus belle jeune fille de Constantinople, Ga.

— Ga ? demanda Gédéon, étonné.

— Mais oui, une abréviation courante ! dit Michel. On dit Ga, pour Georgia, de la façon que nous disons Co pour Compagnie.

— Je savais bien qu’on écrivait parfois ainsi dit Gédéon, mais j’ignorais qu’on le prononçât de même !

— Oh ! vous pouvez bien, me croire quand je vous le dis ! répondit Michel. Et maintenant, monsieur, vous pouvez comprendre par vous-même que, pour sauver mon malheureux ami, il va falloir déployer une habileté infernale ! Pour de l’argent, il y en a, et à volonté ! M. Thomas est tout prêt à souscrire, dès demain, un chèque de cent mille livres. Mais, au reste, monsieur Forsyth, nous avons mieux que ça ! Ce comte étranger, le comte Tarnow, comme il s’appelle, a tenu autrefois un magasin de cigares à Bayswater, sous le nom plus modeste de Schmidt. Sa fille, — si toutefois c’est sa fille, prenez bien note de ce point, monsieur ! — sa fille servait les clients dans le magasin. Et c’est elle qui, à présent, prétend épouser un homme de la situation sociale de M. Thomas ! Eh bien ! voyez-vous enfin ce que nous voulons ? Nous savons que ces misérables méditent un coup, et nous désirons les