Ouvrir le menu principal

Page:Stevenson - Le Mort vivant.djvu/122

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que. Pas plus tard qu’hier, nous avons été prévenus de n’avoir plus à vous délivrer d’argent !

— Prévenus ! s’écria Maurice.

— Par votre oncle lui-même ! poursuivit le banquier. Et nous avons également escompté à monsieur votre oncle un chèque de… voyons ! de combien était le chèque, monsieur Bell ?

— De huit cents livres, monsieur Judkin ! répondit l’employé.

— Bent Pitman ! murmura Maurice, dont les jambes chancelaient.

— Comment, monsieur ? Je n’ai pas entendu ! dit M. Judkin.

— Oh ! ce n’est rien… une simple façon, de parler !

— J’espère qu’il ne vous arrive rien de fâcheux, monsieur Finsbury ? dit aimablement M. Bell.

— Tout ce que je puis vous dire — proféra Maurice avec un ricanement sinistre, — c’est que la chose est absolument impossible ! Mon oncle est à Bournemouth, malade, incapable de remuer !

— Vraiment ! fit M. Bell, en reprenant le chèque des mains de son chef. Mais ce chèque est daté d’aujourd’hui, et de Londres ! Comment expliquez-vous cela, monsieur ?

— Oh ! c’est une erreur de date ! bredouilla