Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Armance, Lévy, 1877.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bition de se faire évêque ou cardinal, dit le commandeur aussitôt qu’Octave fut sorti ; sa naissance et sa doctrine le porteront au chapeau. Ce propos, qui fit sourire madame de Malivert, donna de vives inquiétudes au marquis. — Vous avez beau dire, répondit-il au sourire de sa femme, mon fils ne voit avec quelque intimité que des ecclésiastiques ou de jeunes savants de même acabit, et, chose qui ne s’est jamais rencontrée dans ma famille, il montre un dégoût marqué pour les jeunes militaires. — Il y a quelque chose d’étrange dans ce jeune homme, reprit M. de Soubirane. Cette réflexion fit soupirer à son tour madame de Malivert.

Octave, excédé de l’ennui que lui avait donné l’obligation de parler, était sorti de bonne heure pour aller au Gymnase : il ne pouvait souffrir l’esprit des jolies pièces de M. Scribe. Mais, se disait-il, rien n’a pourtant un succès plus véritable, et mépriser sans connaître, est un ridicule trop commun dans ma société pour que j’aie du mérite à l’éviter. Ce fut en vain qu’il se mit en expérience pendant deux des plus jolies esquisses du théâtre de Madame. Les mots les plus agréables et les plus fins lui semblaient entachés de grossièreté, et la clef que l’on rend dans le second acte du Mariage de raison le chassa du spectacle. Il entra chez un restaurateur, et, fidèle au mystère qui marquait toutes ses actions, il demanda des bougies et un potage ; le potage venu, il s’enferma à clef, lut avec intérêt deux journaux qu’il venait d’acheter, les brûla sous la cheminée avec le plus grand soin, paya et sortit. Il vint s’habiller, et se trouva ce soir-là une sorte d’empressement à paraître chez madame de Bonnivet. Qui pourrait m’assurer, pensait-il, que cette méchante duchesse d’Ancre n’a pas calomnié mademoiselle de Zohiloff ? Mon oncle croit bien que j’ai la tête tournée de ces deux millions. Cette idée, qui était venue à Octave à propos d’un mot indifférent qu’il avait trouvé dans ses journaux, le rendait heureux. Il songeait à