Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chap.
ⅽⅹⅼⅸ
.
point adherantes au corps, ny dures, outre que la prompte guerison vous tirera bien tost d’inquietude.

Souvent la saignée trop precipitée a fait rentrer toutes les humeurs, & cette humeur rentrée a causé du desordre, & a donné la fiévre au Cheval ; quand vous vous en appercevrez, il luy faut donner un lavement, & une heure apres une once ou deux de theriaque ou du diatessaron dans du vin ; il repoussera cette humeur par quelque voye, soulagera le Cheval, & le guerira ensuite.

Il y a des Chevaux qui poussent de temps en temps de petits bouttons comme des demy poids, en plusieurs endroits du corps : c’est une espece d’ébulition de sang, ou plûtost c’est un effet d’un sang chaud qui pousse au dehors le sang plus subtil & plein de bile, qui forme ces petites enflures, desquelles une partie créve & se séche ensuite, & l’autre se résout par insensible transpiration.

Le remede à toutes les ébulitions de sang, est de faire manger dans le son au Cheval des choses qui puissent purifier le sang, & le rafraîchir, comme seroit le foye d’antimoine en poudre une once & demie chaque jour, ce seul remede sans risque fera dissiper tous ces boutons, & purifiera le sang au Cheval, qui ne sera plus en état d’en repousser de long-temps ; trois ou quatre prises de pilulles de sinabre, feront aussi fort bien.

Pour prévenir ce desordre aux Chevaux, il leur faut faire manger parmy le son du cristal mineral, lequel fera évacüer ces serositez bilieuses qui causent le desordre, & les poussera peut-estre par les urines ; & ensuite temperera la chaleur du sang & des visceres, & previendra le farcin & autres maux, causez de sang échauffé. Et afin de contenter les curieux, je proposeray la methode de faire le cristal mineral, comme un bon remede, & fort propre aux Hommes & aux Chevaux.


CHAP.
ⅭⅬ.
Cristal mineral, ou Sel prunelle.


LE Cristal mineral, ou Sel prunelle, n’est autre chose qu’un nitre ou salpetre fixé par le soulfre, afin qu’il ne puisse retourner en eau, qui a esté sa premiere forme : pour le faire il faut prendre du salpetre de la quatriéme fonte, c’est à dire du plus beau, comme je l’expliqueray cy-apres, faites-le fondre dans un creuset, ou pot de fer plus commodement, quand il sera bien en