Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/183

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fractaires les avaient emmenés de peur que l’exemple de Jean-Pierre, s’il rejoignait les drapeaux, ne devînt contagieux. Ils les avaient tenus parmi eux comme prisonniers, et les avaient fait assister de force à l’assassinat de Brossard pour les compromettre. Marion, dans cette triste demeure, se reprochait les élans passionnés de son cœur, qui bondissait d’allégresse.

Elle fut, dès qu’il fit jour, au presbytère implorer l’assistance du curé, et visita avec lui les deux femmes que la veuve lui avait désignées. Nous la vîmes revenir le dimanche. On sortait justement de vêpres quand elle passa devant chez moi, car elle voulait me dire la bonne nouvelle avant même d’aller chez M. Jourdan. Le brave avocat faillit être suffoqué. Il embrassa Marion sur les deux