Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous envoie, mon enfant, répondit-elle ; car j’avais peur de rester dans le fossé. »

Grâce à ce secours, elle arriva sur les quatre heures du soir à Elven. Elle alla tout droit à l’église, et pria devant l’autel de la Vierge. Puis elle s’avança vers le sacristain, qui allumait les cierges pour le salut, et lui demanda la maison de Le Pridoux.

« C’est la dernière maison du côté de Jocelyn, ma fille, lui dit-il ; mais si vous venez de Vannes, vous savez qu’on y est dans la douleur. »

Elle suivit la rue jusqu’au bout, sentant son cœur prêt à l’abandonner. La maison qu’elle cherchait était un peu en arrière des autres, avec une petite cour en désordre, sur laquelle elle prenait jour par une lucarne. Quand elle poussa la porte pour entrer, elle