Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« À Elven, me dit-elle. Il n’y a que cinq lieues, et par un bon chemin ; toute grande route.

— Je vais d’abord faire ce que vous me demandez, lui dis-je, et ensuite je pars avec vous.

— Non, monsieur Jules. Je pars à présent sans perdre une minute ; et j’ai compté sur vous pour veiller sur le père et le mettre en voiture ; car il faut le conduire comme un enfant à cette heure. — Elle me tendit la main. — Adieu, me dit-elle ; si je réussis, je vous reverrai. »

Je la laissai partir, et je courus chez M. Jourdan, ma providence ordinaire. Le vieil avocat était plus riche de bonnes œuvres que d’écus ; pourtant il avait un cheval dans son écurie, parce qu’il était