Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.


intérêt. Le procureur du roi avait fait partager sa sollicitude à tout le tribunal, et je puis même dire à toute la ville. On pensait généralement que les jurés de Caen prendraient en considération la condamnation de Le Pridoux et de Jean Brien, les angoisses d’une condamnation à mort, les longueurs d’une seconde procédure, la jeunesse, les bons antécédents des frères Nayl, et ce fait, désormais acquis, que le meurtre de Brossard n’avait pas été commis directement par eux, que leur crime, s’ils étaient criminels, n’était que d’avoir assisté en armes à l’assassinat. S’il ne sortait pas de ce nouveau procès une condamnation capitale, le roi pouvait faire grâce de la peine des galères. Échapper aux galères et à la mort, c’était désormais toute notre espé-