Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/157

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dit, que j’avais découvert sa position. Je ne puis gagner que six sous par jour en filant, et quand je ne suis pas là, les pauvres vieux manquent de tout. Dites en passant chez le boulanger que vous répondez pour nous. Vous ne perdrez pas votre argent, monsieur Jules ; car, après tout ceci, nous vendrons la maison là-bas, et nous vous payerons de vos avances.

— Je vous enverrai aussi de quoi faire une soupe pour la malade, Marion, » lui dis-je.

Elle regarda sa belle-mère.

« Nous autres paysans, dit-elle, il nous suffit d’avoir le pain assuré. Ainsi, faites ce que je vous dis et rien de plus. Cela vaudra mieux pour notre cœur. »

Comme je descendais le noir escalier, j’en-