Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.


devienne évidente. Car j’y crois, dit-il avec explosion et en se levant, j’y crois invinciblement à cette heure ; et s’ils meurent, ils emportent pour toujours ma paix avec eux. Mais vous les voyez tels qu’ils sont depuis le jugement, immobiles comme des statues. J’ai prié, j’ai supplié, je me suis mis à genoux devant eux ; j’ai parlé de leur père et de leur mère, de la femme de Jean-Louis, de moi-même : je leur ai dit tout ce que j’ai pu imaginer, rien ne les remue. Mais, malheureux ! dit-il en retournant à eux et en secouant le plus jeune des frères, c’est un crime que vous faites là ! »

Et changeant tout à coup de sentiment :

« Au nom de Jésus-Christ, dit-il, au nom de votre père et de votre mère ! par pitié pour moi… ! »