Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/129

Cette page a été validée par deux contributeurs.


une demande en grâce, la cour tout entière l’apostillerait. Nous revînmes par les petits murs, afin d’éviter la foule. Arrivés dans la chambre, le père se mit à genoux, les deux femmes s’agenouillèrent aussi derrière lui, et il récita tout haut le De Profundis, les femmes répondant à chaque verset. La prière finie, Marion se leva et me dit qu’elle allait aider sa belle-mère à se mettre au lit ; que pour elle et le père, ils passeraient la nuit à prier. Puis, en me serrant la main, elle ajouta :

« On vous laissera peut-être entrer ce soir. »

Je la compris, et je sortis aussitôt. Je ne pouvais pas parler, parce que les larmes me suffoquaient. D’ailleurs, que leur aurais-je dit ? Je marchai dans la neige et tête nue jus-