Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/122

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’auditoire par la chaleur de ses protestations.

« Les croyez-vous capables d’une méchante action ? disait M. Jourdan ; capables d’un assassinat ? »

Mais quand le témoin avait répondu à ces questions, le procureur du roi lui demandait quelles étaient les opinions de la famille. Le père des accusés n’était-il pas ce même Nayl qui, en 1802, avec Sapinaud et l’abbé Moisan, avait réussi à jeter sur la côte de Saint-Gildas dix mille fusils envoyés par les Anglais ? N’avait-il pas gardé pendant trente ans, pendue dans sa maison, à côté de son crucifix, l’épée d’un capitaine de volontaires qu’il avait tué de sa propre main ? Un tel homme, après avoir poussé ses fils à se faire réfractaires, ne pouvait-il