Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à l’honneur de la victime ; c’était évidemment un honnête homme, généreux, loyal, et qui pouvait justement passer pour le bienfaiteur de sa commune. En dénonçant les réfractaires, il n’avait fait que remplir le devoir strict de sa place. N’était-ce pas aussi le devoir d’un bon citoyen que de combattre une rébellion si funeste au pays, et qui, sous couleur de politique, n’était en réalité qu’un brigandage ? M. Brossard avait poussé la modération jusqu’à ses dernières limites, puisqu’il avait laissé aux coupables un délai pour sortir du pays. Ce n’était pas seulement de la modération ; c’était de la faiblesse. Cependant, ils étaient allés le surprendre dans son sommeil ; ils l’avaient pour ainsi dire haché en morceaux, car l’acte d’accusation comptait les plaies, et