Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/110

Cette page a été validée par deux contributeurs.


journée devant la porte du séminaire, pour accompagner Guyomar, si, comme cela n’était que trop présumable, il y avait à annoncer un malheur. On était au 17 décembre ; il avait fait de la neige toute la nuit, et il y avait du verglas par-dessus la neige. L’audience était indiquée pour neuf heures ; à huit j’étais au haut de l’escalier de la famille, l’oreille appliquée contre la porte.

« Entrez, nous sommes prêts, me dit la voix de Marion. Je les trouvai tout habillés et prêts à sortir.

— C’est tenter Dieu, m’écriai-je, que d’amener là une mère. »

Mais on ne me répondit même pas. Le père fit un grand signe de croix, et marcha le premier ; les deux femmes suivirent en se soutenant. Marion remonta vivement après