Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/109

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VI


Quand vint le jour de l’audience, je me promis d’être au premier rang, pour que les yeux des accusés pussent s’attacher sur moi. Guyomar devait se tenir prêt à courir chez le père au moindre incident. J’avais obtenu sans trop de peine de l’abbé Le Ber, qui malgré la différence d’âge était pour nous un ami, qu’il se promènerait toute la