Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/104

Cette page a été validée par deux contributeurs.


demeure, qu’elle seule vivait encore ; les deux autres auraient été vraiment des cadavres, sans l’atroce douleur qui les torturait. Pendant qu’elle travaillait sans relâche, balayant, lavant, faisant la cuisine, elle avait l’œil sur ses pauvres vieux. Tantôt elle approchait une pipe toute bourrée des lèvres de son père ; tantôt, en passant auprès de la mère, elle lui jetait les bras autour du cou et mettait sur ses lèvres un chaud baiser. Si M. Jourdan venait, car il était bon, et dès qu’il avait une lueur d’espérance il accourait, Marion l’entendait monter l’escalier tournant ; elle allait à lui et lui indiquait les paroles qu’il fallait dire pour fomenter quelque espérance dans ces deux cœurs ; non pas assez d’espérance pour les tromper, mais assez pourtant pour les