Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PROLOGUE

Sous le fouet sanglant des âpres destinées,
Du terrestre chemin j’ai franchi la moitié
Et j’atteins le sommet des viriles années
Que du temps à nos jours mesure la pitié.

J’ai monté jusqu’ici ; bientôt je vais descendre,
Traînant des jours vécus le néant et le bruit,
À l’éternel bûcher portant mon lot de cendre
Et ma part d’âme errante aux souffles de la nuit.