Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


GEORGE SAND AU LUXEMBOURG

Alors que renaîtra, dans le bronze ou les marbres,
L’image au noble front de la femme au grand cœur,
Je voudrais, pour décor à son buste vainqueur,
La pureté du ciel et la fraîcheur des arbres.

Il faut la paix profonde et la sérénité
Au calme souvenir de ce calme génie
Qui mêla cependant sa puissante harmonie
Au retentissement de la grande cité.