Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À UN AMI ALORS INCONNU

P. GAYDA

Oui quand la nuit ouvrait les cieux au vol des rêves
Dont la poussière d’or roule sous ses pieds nus,
Et, des voiles d’argent à son front retenus
Déroulait les longs plis étoilés sur les grèves,

J’ai senti, se mêlant à l’haleine des sèves,
Et, sur l’aile du vent jusqu’à mon cœur venus,
Les baisers fraternels des amis inconnus
Apportant à mes maux de fugitives trêves.