Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
210
LES AILES D’OR

Si l’été vous eût retenue,
Je l’aurais suivi d’un regret…
Que m’importe s’il disparaît,
Puisque vous êtes revenue !