Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE CHRIST

D’APRÈS HENNER

Le Christ est étendu rigide et sans haleine.
Mais où donc est Marie ? où donc est Madeleine
Consolant du Dieu mort les vestiges défunts,
L’une avec des sanglots, l’autre avec des parfums ?
Où donc est ce Joseph venu d’Arimathie
Pour conserver un temple à cette âme partie,
En répandant des fleurs sur ce corps embaumé ?
Où donc est Pierre ? où donc est Jean le bien-aimé ?