Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AMOURS POSTHUMES

Quand j’irai dormir sous les saules
Où, dans l’ombre, tu m’attendras,
J’enfermerai dans mes deux bras
Ta tête blonde et tes épaules.
Nous serons deux morts amoureux
Et nos baisers, parmi les herbes,
Feront croître des lis superbes
Mêlant leurs calices peureux.