Page:Shelley - Œuvres poétiques complètes, t2, 1887, trad. Rabbe.djvu/155

Cette page n’a pas encore été corrigée


PROMÉTHÉE DÉLIVRÉ 137

IONE

Il parle ! Oh, abritez-moi !

PROMÉTHÉE

Je vois la malédiction écrite sur ses gestes orgueilleux et froids, et sur ses regards de ferme défi et de calme haine, dans ce désespoir tel qu’il se moque de lui-même avec des sourires.... écrite comme sur une liste ; cependant parle : oh ! parle !

LE FANTOME

« Ennemi, je te défie ! Avec un esprit calme et ferme je t'invite à essayer contre moi tout ce que tu peux m'infliger, affreux Tyran et des Dieux et de l’espèce humaine ; Il n'y a qu’un seul être que tu ne soumettras pas. Fais pleuvoir alors ici sur moi tes fléaux, les affreux maux, et la crainte délirante ; fais alterner la gelée et le feu pour ronger mes entrailles et que ta colère soit éclair, grêle coupante, et légions de Furies, accourant sur les tempêtes déchirantes.

« Ah ! fais ce quïl y a de pire ! Tu es tout-puissant. Sur toutes choses je t’ai donné pouvoir, exepté sur toi-même et sur ma propre volonté. Envoie tes maux rapides flétrir l'humanité, du haut de ta tour éthérée. Que les esprits méchants se déchaînent dans l’ombre sur ceux que j’aime : sur moi et les miens j’appelle les dernières tortures de ta haine ; et je dévoue à une agonie sans sommeil cette tête inflexible, tant que tu dois régner là-haut.

« Mais toi, qui es le Dieu et Seigneur ! O toi qui remplis de ton âme ce monde de douleurs, devant qui toutes choses sur la terre et dans le ciel plient dans la