Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IV.

[Southampton. La grande salle du château.]


Entrent Exeter, Bedford et Westmoreland.



BEDFORD.

— Pardieu, Sa Grâce est hardie de se fier à ces traîtres.


EXETER.

— Ils vont être appréhendés tout à l’heure.


WESTMORELAND.

— Quelle douceur et quelle sérénité ils affectent ! — Comme si l’allégeance trônait dans leur cœur, — couronnée de fidélité et de loyauté constante (14) !


BEDFORD.

— Le roi est instruit de tous leurs projets — par une interception dont ils ne se doutent guère.


EXETER.

— Quoi ! cet homme qui était son camarade de lit, — qu’il a gorgé et honoré de faveurs princières, — a pu, pour une bourse d’or étranger, vendre ainsi — la vie de son souverain à la mort et au guet-apens !


La trompette sonne. Entrent le roi Henry, Scroop, Cambridge, Grey, des Seigneurs et des gens de suite.



LE ROI.

— Maintenant souffle un vent favorable, et nous allons nous embarquer. — Milord de Cambridge

À Scroop.

Et vous, mon cher lord de Masham

À Grey.

— Et vous, mon gentil chevalier, donnez-moi votre opinion. — Pensez-vous pas que les troupes que nous emmenons avec nous — puissent se frayer passage à