Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vivra par moi. — Est-ce pas honnête ? — Je serai cantinier — du camp, et nous ferons des bénéfices. — Donne-moi ta main.


NYM.

Aurai-je mon noble ?


PISTOLET.

Scrupuleusement payé comptant.


NYM.

Eh bien, voilà la morale de la chose.

Nym et Pistolet se serrent la main.


Rentre mistress Quickly.



QUICKLY.

Si jamais vous sortîtes de femmes, sortez vite près de sir John. Ah ! pauvre cher cœur ! Il est tellement secoué par la fièvre tierce quotidienne que c’est lamentable à voir. Chers hommes, venez près de lui.


NYM.

Le roi a jeté ses mauvaises humeurs sur le chevalier, voilà le mot de la chose.


PISTOLET.

— Nym tu as dit vrai : — son cœur est brisé et corroboré. —


NYM.

Le roi est un bon roi ; mais on est comme on peut être ; il a des humeurs et des boutades.


PISTOLET.

Allons porter nos condoléances au chevalier ; car nous allons vivre comme de petits agneaux.

Ils sortent.