Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


satisfaction de conscience de Louis reposaient sur les légitimes droits des femmes. » Et Shakespeare développe ainsi complaisamment la thèse des jurisconsultes anglais. Contre la glose salique il cite la lettre de la Bible : Quand le fils meurt, que l’héritage descende à la fille. Il invoque en faveur de Henry jusqu’au texte sacré ! Ce n’est pas tout : comme si des raisons si canoniques ne suffisaient pas pour excuser la déclaration de guerre, Shakespeare la justifie par de nouveaux griefs. Le Dauphin de France adresse au roi d’Angleterre un dédaigneux défi, en lui envoyant une barrique pleine de balles de paume. L’auteur a exhumé d’Holinshed cet incident légendaire, qui n’est mentionné par aucun de nos annalistes, et l’a mis en scène avec un art profond. Henry, traité en enfant, va se venger en héros. Une sanglante tragédie va jaillir de ce tonneau bouffon ; ces balles à jouer, lancées par une raquette de bronze, vont « être transformées en boulets, » et abattre d’un ricochet la couronne des Valois. — Une criminelle offense aggrave l’insultante raillerie. Une conspiration, ayant pour but de poignarder Henry, est découverte, et c’est l’or français qui a payé les poignards ! — Ainsi lésé dans son honneur, menacé dans son existence, Henry doit recourir aux armes. De trop justes ressentiments l’entraînent enfin vers cette côte où le poussaient déjà les vœux de tout un peuple.

La guerre est déclarée. La scène change, et d’Angleterre va se transporter en France. Mais ici commencent les difficultés pour l’auteur dramatique. Comment « sur cet indigne tréteau produire un si grand sujet ? » Le théâtre du Globe, ce lieu de parade primitif et naïf, « ce trou à coqs, peut-il contenir les vastes champs de la France ? Pouvons-nous entasser dans ce cercle de bois tous les casques qui épouvantaient l’air à Azincourt ? Les décors manquent ; les procédés d’illusion, les moyens de repré-