Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Finalement, après le dit accord parfait, selon la coutume de France, la dessus dite dame Catherine fiança, et le lendemain du jour de la Trinité épousa icelui roi en l’église paroissiale, dessous la quelle il était logé ; si furent faites ce jour par lui et ses princes anglais grands pompes et bobants, comme si présentement dût être roi de tout le monde. Et là était, de la partie du roi de France, Philippe, duc de Bourgogne, par le moyen et à l’instance duquel tous les traités et alliances dessus dites se faisaient. Si étaient avecque lui Pierre de Luxembourg, comte de Luxembourg et Conversan ; messire Jean de Luxembourg, son frère ; le prince d’Orange, le seigneur de Jonvelle, le seigneur de Château-Vilain, le seigneur de Montagu, messire Régnier Pot, le seigneur de Chastellus, le Veau-de-Bar, bailli d’Auxois ; messire Jacques de Courtejambe, messire Jean de Cotte-Brune, maréchal de Bourgogne et de Picardie ; le seigneur de Croy, le seigneur de Longueval, messire Athis de Brimeu et messire David, son frère ; le seigneur de Boubaix, le seigneur de Humbercourt, bailli d’Amiens ; messire Hues de Launois et son frère, messire Gilbert, et moult d’autres notables chevaliers des pays du dit duc, aussi aucuns prélats et gens d’église ; entre lesquels y étaient des plus avancés maître Jean de Torsy, évêque de Tournai et chancelier de Bourgogne ; maître Eustache de Laictre, maître Jean de Mailly, et aucuns autres, qui tous ensemble, ou au moins la plus grand’partis, furent consentants, et promirent avec le dessus dit duc de Bourgogne d’entretenir perdurablement icelui traité, duquel la copie s’en suit :

« Charles, par la grâce de Dieu, roi de France,

» À tous nos baillis, prévôts, sénéchaux ou autres chefs de nos justices ou à leurs lieutenants, salut.

» Comme, par accordance finale et paix perpétuelle,