Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait lui paraît bien fait ; et il saisit intrépidement le sceptre qui oscillait dans la main fébrile de son père : « Oh ! murmurait le roi expirant, puisse Dieu me pardonner la manière dont j’ai acquis la couronne ! — Mon gracieux seigneur, réplique le prince d’une voix ferme, vous l’avez gagnée, portée et gardée, et vous me la donnez ; elle est donc bien légitimement en ma possession ; et c’est avec une rare énergie que je la défendrai contre l’univers entier. »

Par ses paroles, par ses actes, par sa vie tout entière, Henry V donne un éclatant démenti au dogme du droit divin. Il est le représentant serein et enjoué de la souveraineté nationale. Il est la patrie faite homme, le peuple fait roi. Il justifie par toutes ses qualités cette popularité immense qui l’a porté et qui le soutient au pouvoir. Pas un trait dans cette figure qui ne soit sympathique. Il a tous les mérites charmants, tous les dons qui font aimer. Aussi quel contraste en ce type tout gracieux et le personnage flegmatique, rigide, altier et antipathique de l’histoire ! « Henry, roy d’Angleterre, dit Monstrelet, étoit moult sage et expert en toutes besongnes dont il se vouloit entremettre et de tres hautain vouloir. Et, pour vray, il étoit si craint et douté de ses princes et capitaines qu’il n’y en avoit nul, tant luy fust prochain et bien de luy, qui osast transgresser ses ordonnances. » — « Ses paroles, écrit George Chastelain, tranchoient comme rasoir. » Entre le personnage de Shakespeare et le personnage des chroniques, il n’y a de commun que le nom. Le prince idéal du drame n’a aucun rapport avec ce roi implacable qui apparaît dans nos annales exerçant contre les vaincus de si terribles représailles, complétant ses succès par des supplices, laissant des milliers de femmes et d’enfants mourir de faim dans les fossés de Rouen, et, la ville prise, envoyant au gibet l’intrépide Alain Blanchart,