Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/344

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en France, fut averti qu’aucuns grands seigneurs de son hôtel avaient fait conspiration à l’encontre de lui, veuillant remettre le comte de Marche, vrai successeur et héritier du roi Richard, en possession du royaume d’Angleterre. Ce qui était véritable, car le comte de Cantbrie [1] et autre avaient conclu de prendre le dessus dit roi et ses frères, sur intention d’accomplir les besognes dessus dites. Si s’en découvrirent au comte de Marche, lequel le révéla au roi Henry, en lui disant qu’il avisât à son fait, où il serait trahi ; et lui nomma les dits conspirateurs, lesquels le dessus dit rois fit tantôt prendre. Et bref en suivant fit trancher les têtes à trois des principaux, c’est à savoir au comte de Cambrie, frère au duc d’York, au seigneur de Scruppe [2], lequel couchait toutes les nuits avec le roi, et au seigneur de Grez [3], et depuis en furent aucuns exécutés.

Après lesquelles besognes, peu de jours en suivant, le dit roi d’Angleterre et toute son armée montèrent en mer, et en grand’diligence, et la vigile de l’Assomption Notre-Dame, par nuit, prirent port à un havre étant entre Harfleur et Honfleur, où l’eau de Seine chet en la mer. Et pouvaient être environ seize cents vaisseaux tous chargés de gens et habillements. Et prirent terre sans effusion de sang. Et après que tous furent descendus, le roi se logea à Graville, en un prieuré, et les ducs de Clarence [4] et de Glocestre [5], ses frères ; étaient assez près de lui le duc d’York et le comte d’Orset [6] ses on-

  1. Le comte de Cambridge.
  2. Lord Scroop.
  3. Le chevalier Grey.
  4. Thomas, duc de Clarence.
  5. Homphroy, duc de Glocester.
  6. Thomas Somerset, comte de Dorset, plus tard duc d’Exeter, dernier fils de Jean de Gand et de Catherine Swineford.