Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mot. — Abstiens-toi de supplier, car ce serait en vain.


LA PUCELLE.

— Eh bien, qu’on m’emmène d’ici ! Je vous laisse ma malédiction. — Puisse le glorieux soleil ne jamais réfléchir ses rayons — sur le pays que vous habitez ! — Mais que la nuit et l’ombre sinistre de la mort — vous environnent, jusqu’à ce que le malheur et le désespoir — vous forcent à vous rompre le cou ou à vous aller pendre.

Elle sort conduite par des gardes.



YORK.

— Tombe en lambeaux et consume-toi jusqu’à la cendre, — horrible et maudit ministre de l’enfer !


Entrent le Cardinal Beaufort et son escorte.



LE CARDINAL.

— Lord régent, je salue Votre Excellence — en vous remettant des lettres du roi. — Car sachez, milords, que les États de la chrétienté, — émus de compassion à l’aspect de ces lamentables conflits, — ont imploré avec ferveur une paix générale — entre notre nation et l’ambitieux Français. — Et voici le Dauphin et sa suite — qui s’avancent pour conférer avec vous sur quelques articles.


YORK.

— Tous nos efforts ont-ils abouti à ce résultat ? — Après l’égorgement de tant de pairs, — de tant de capitaines, de gentilshommes et de soldats, — qui ont été abattus dans cette querelle — et qui ont sacrifié leurs corps pour le bien de leur patrie, — finirons-nous par conclure une paix efféminée ? — N’avons-nous pas, par la trahison, par la fraude, par la perfidie, — perdu la plupart des villes — que nos grands ancêtres avaient conquises ! — Ô Warwick, Warwick ! je prévois avec