Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/303

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARGUERITE.

— Si fait, mon cher lord ; un cœur pur et sans tache, — que n’a jamais altéré l’amour, voilà ce que j’envoie au roi.


SUFFOLK.

— Et ceci avec.

Il l’embrasse.



MARGUERITE.

Ceci est pour toi-même ! Je n’aurais pas la présomption — d’envoyer à un roi des gages si futiles.

Sortent René et Suffolk.



SUFFOLK.

— Oh ! que n’es-tu pour moi !… Mais arrête, Suffolk ; — tu ne dois pas t’égarer dans ce labyrinthe ; — il s’y cache des Minotaures et d’affreuses trahisons. — Charme Henry en lui vantant tant de merveilles ; — rappelle-toi les vertus suprêmes de Marguerite, — ses grâces expansées et naturelles qui éclipsent l’art ; — évoque souvent leur image sur la mer, — en sorte qu’une fois agenouillé aux pieds de Henry, — tu puisses, en l’émerveillant, lui faire perdre la tête.

Il sort.



Scène XXV.

[Le camp du duc d’York, en Anjou.]


Entrent York, Warwick et d’autres.



YORK.

— Qu’on amène cette sorcière, condamnée au feu.


Entrent la Pucelle, entourée de gardes, et un Berger.



LE BERGER.

— Ah ! Jeanne, ceci est le coup de mort pour le cœur de ton père ! — Je t’ai cherchée par tous les pays, — et, quand