Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/300

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARGUERITE.

Quoi ?


SUFFOLK.

Son amante.


MARGUERITE.

— Je suis indigne d’être la femme de Henry.


SUFFOLK.

— Non, gente madame : c’est moi qui suis indigne — de courtiser une dame si charmante pour en faire sa femme, — sans avoir moi-même aucune part à ce choix. — Qu’en dites-vous, madame ? consentez-vous ?


MARGUERITE.

— Si cela plaît à mon père, je consens.


SUFFOLK.

— Alors nous allons faire avancer nos capitaines et nos étendards. — Puis, madame, sous les murs mêmes du château de votre père, — nous demanderons, par un parlementaire, à conférer avec lui.

Les troupes anglaises s’avancent.


Fanfare de parlementaire. René paraît sur les remparts.



SUFFOLK.

— Vois, René, vois, ta fille est prisonnière.


RENÉ.

— De qui ?


SUFFOLK.

De moi.


RENÉ.

Suffolk, quel remède ? — Je suis un soldat incapable de pleurer — et de récriminer contre les caprices de la fortune.


SUFFOLK.

— Il y a un remède, monseigneur. — Consens, consens, pour ta grandeur même, — au mariage de ta fille