Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA PUCELLE.

— Tu ne saurais être changé en une forme pire.


YORK.

— Oh ! Charles, le Dauphin est un bel homme, lui ; — nulle autre forme que la sienne ne saurait plaire à votre œil délicat.


LA PUCELLE.

— Peste soit de Charles et de toi ! — Puissiez-vous tous deux être surpris brusquement — par des mains sanguinaires, endormis dans vos lits !


YORK.

— Farouche sorcière, enchanteresse blasphématrice, retiens ta langue !


LA PUCELLE.

— Laisse-moi, je te prie, exhaler mes malédictions.


YORK.

— Exhale-les, mécréante, quand tu seras sur le bûcher.

Ils sortent.
Fanfare d’alarme. Entre Suffolk, tenant par la main madame Marguerite.

SUFFOLK.

— Qui que tu sois, tu es ma prisonnière.

Il la considère.

— Ô beauté suprême, ne crains rien, ne fuis pas, — je ne te toucherai que d’une main déférente ; — je baise ces doigts en signe de paix éternelle, — et les pose doucement sur ta hanche délicate.

Il lui envoie un baiser du bout des doigts et la prend par la taille.

— Qui es-tu ? dis, que je puisse te révérer.


MARGUERITE.

— Marguerite est mon nom ; et, qui que tu sois, — je suis fille d’un roi, le roi de Naples.